Quand la candidate de Sarkozy rend hommage à l’action de la gauche dans le domaine de la recherche et de l’enseignement supérieur !

Tribune d’Isabelle This Saint-Jean, Vice-présidente en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche au Conseil régional d’Île-de-France, 17 octobre 2015 :

Valérie Pécresse est aujourd’hui à Saclay et à Gif-sur-Yvette. Elle visite notamment l’Institut d’Optique Graduate School et l’Institut de Biologie Intégrative de la Cellule du CNRS, du CEA et de l’Université Paris-Sud, sur le campus du CNRS. Dans ce dernier, elle peut donc y admirer la plateforme IMAGIF, équipement d’imagerie végétale tout à fait structurant pour la recherche fondamentale sur les sciences du vivant et la chimie biologique et que je connais bien pour l’avoir inaugurée en juin 2013, la Région l’ayant financée à hauteur de 8 millions d’euros ! Dans le premier, dont les locaux ont été partiellement financés par la Région, elle peut constater l’effort majeur de cette dernière dans le financement des équipements scientifiques auquel elle consacre entre 30 et 50 millions chaque année! Valérie Pécresse peut aussi constater que, bien avant le lancement de l’Opération Campus, dont elle ne manquera pas de se prévaloir, la Région avait souhaité accélérer le développement scientifique et universitaire du territoire de Saclay et avait engagé un effort majeur pour cette partie du territoire francilien de l’enseignement supérieur et de la recherche, correspondant à plusieurs centaines de millions avec notamment le Synchrotron Soleil (148M), le campus informatique DIGITEO et PCRI (36 M€), le Centre NeuroSpin (6M), l’Incubateur – Pépinière – Hôtel d’Entreprises de Palaiseau, etc.. Elle rencontre peut-être tous les jeunes chercheurs qui ont été financés par la Région. Et cet effort particulier de la Région pour accompagner la structuration du territoire scientifique de Saclay se poursuivra dans le cadre du CPER 2015-2020 (Contrat Particulier Etat-Région), avec la construction de l’Institut du Climat et de l’Environnement (ICE) à Saint-Aubin, le nouveau campus d’AgroParisTech et la création de l’Institut des Plantes à Gif-sur-Yvette.

Si elle était descendue sur le campus de l’Université Paris Sud à Orsay, elle aurait pu : voir sortir de terre l’Institut de Mathématique financé par la Région (6M) qui abritera nombre des plus grands mathématiciens non seulement franciliens mais du monde entier ; visiter la Maison de l’Etudiant dans laquelle le Président de la République a pu dialoguer récemment avec des étudiants et des personnels de l’Université Paris-Saclay, financée elle aussi par la Région ; admirer la naissance de notre MISS (Maison d’initiation et de Sensibilisation aux sciences) pour initier à la démarche scientifique les enfants entre 8 et 14 ans , parrainée par Jamy et la Médaille Fields Wendelin Werner, et portée par les scientifiques, et enfin constater que, grâce à l’action de la Région, l’idée absurde qu’avait eue son gouvernement de « déménager l’université sur le Plateau » a été abandonnée !  Elle aurait pu aussi apprendre que la physique dite « des deux infinis » trouvera dans le prochain CPER des financements pour restructurer des bâtiments qui aujourd’hui ne sont pas à la hauteur de la science qui s’y fait.

Un excellent choix de déplacement donc, pour constater l’impact positif de l’engagement de la Région aux côtés des acteurs de la recherche et souligner l’ampleur des investissements que la majorité de Gauche a décidé d’y consacrer. Je ne doute donc pas qu’elle salue ce rôle majeur de la Région Ile-de-France…

Pour rappel, l’enseignement supérieur et la recherche ne font pas partie des compétences obligatoires de la Région, mais c’est partant du constat que l’Île-de-France est la première région européenne de recherche et rassemble 40% du potentiel de recherche français et qu’il s’agit d’un atout majeur pour notre région et son avenir, que nous en avons fait l’une de nos premières priorités. C’est d’ailleurs le deuxième poste du CPER 2015-2020 négocié par notre majorité avec l’Etat, ce qui représente 800 millions d’euros.

Quels messages madame Pécresse entend-elle donc faire passer au milieu de la recherche lors de ce déplacement ? Plus de moyens pour financer de l’instrumentation scientifique ou des allocations de recherche ? A priori non puisqu’elle a affirmé à plusieurs reprises que si elle parvenait à la tête du Conseil régional, elle en recentrerait l’action sur ses compétences obligatoires dont l’enseignement supérieur et la recherche ne font pas partie.

Sans doute faut-il chercher ailleurs… Replongeons alors quelques années en arrière, lorsque madame Pécresse était ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche et tenait la barre pour donner un cap à la recherche française.

L’argent devait couler à flots, les financements par appel à projet devaient booster les résultats et la révolution culturelle de l’université était en marche.

Mais rien ne s’est finalement passé comme elle l’avait envisagé.

La politique de l’excellence qui n’allouait de moyens qu’aux excellents, la violente (et chronophage!) concurrence qui devait de fait s’instaurer dans les laboratoires, la mauvaise foi budgétaire qui affichait des crédits en augmentation alors qu’ils ne couvraient même pas l’inflation, les milliards qui planaient sur les universités et qui ne se sont jamais posés et, bien sûr, l’incommensurable mépris adressé à la recherche fondamentale, avaient finalement rassemblé les chercheurs et les personnels…dans la rue ! En 2009 pendant des mois, plusieurs centaines de milliers d’entre eux ont protesté en vain, tentant de faire entendre leurs propositions.

Hasard ou coïncidence, Valérie Pécresse a décidé de se montrer dans un labo le jour où un mouvement étudiant est annoncé par les syndicats. Une façon de conjurer le sort peut être. Ou d’expier la médiocrité avec laquelle elle a géré ce secteur si précieux pour notre avenir collectif lorsqu’elle en avait la responsabilité.

Nous pourrions malgré tout nous réjouir de constater qu’elle semble commencer à s’intéresser un peu à la recherche francilienne et à ses dizaines de milliers de chercheurs. Je crains cependant que les déclarations à l’emporte-pièce n’aient de cesse de succéder aux inepties. « Je suis pour les chercheurs qui trouvent, pas ceux qui cherchent seulement » déclarait Nicolas Sarkozy la semaine dernière à Béziers. Une déclaration dont il y a fort à parier que la fidèle sarkozyste fait sienne.

Alors parlons de faits. Depuis 1997, la gauche régionale a multiplié le budget consacré à l’enseignement supérieur et à la recherche par 3,4. Il atteint 135 millions d’euros en 2014. Ces 135 millions nous les avons investis dans des bibliothèques, dans des Maisons de l’Etudiants, dans des restaurants universitaires, dans des infrastructures de recherche, dans des bâtiments universitaires, dans des bourses pour que nos étudiants et nos chercheurs puissent partir à l’étranger, et aient envie d’en revenir, pour accueillir chercheurs et étudiants du monde entier, dans des allocations de recherche pour les jeunes chercheurs, ou encore dans des instruments scientifiques de pointe pour nos chercheurs, etc. Et ces 135 millions, c’est sans compter les 3000 logements étudiants construits par an ! Sans compter la carte Imagine’R ! Sans compter la santé étudiante avec l’aide à la complémentaire étudiante et les Maisons de Santé dans les Campus, etc ! Sans compter aussi l’effort majeur fait pour soutenir l’innovation et les startups !

La recherche, ce sont des femmes et des hommes qui consacrent toute leur énergie à chercher pour que le monde dans lequel nous vivons nous soit moins étranger. Dans la période, leurs recherches sont fondamentales au regard des enjeux qui nous font face : climat, migrations, énergie, santé…

L’île-de-France n’est pas la première région européenne de recherche par hasard. Un retrait de la Région dans ce domaine clé, comme Valérie Pécresse l’envisage, serait dramatique non seulement pour l’île de France mais pour le pays tout entier.

Publicités
Cet article a été publié dans Campagnes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s